rochegrosse

Bienvenue

Les Amis des Musées de la Ville de Rouen ont laissé la place aux Amis des Musées d'Art de Rouen «AMAR» depuis janvier 2019, mais restent attachés aux 3 musées d'art de la Métropole Rouen Normandie : musée des Beaux-Arts, musée de la céramique et musée Le Secq des Tournelles.

Nombre d'adhérents : plus de 900 en 2020-2021.

Consulter les activités du mois

Objectifs

Ils ont pour objectifs de développer l'Art et la Culture auprès de 3 musées :

Et d'animer auprès d'eux les actions de Mécénat .


Programmation2022-2023

Télécharger la brochure Télécharger le fichier Télécharger le fichier eetat-final-brochure_2022_web.pdf

Informations

Chers Amis,

En lien avec la Réunion des Musées Métropolitains Rouen-Normandie (RMM), l'Institut National d'Histoire de l'Art (INHA), soutenu par Le Louvre, le Centre Pompidou, la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem), l'ICOM France, l'Ecole du Louvre, le Comité français d'histoire de l'art (CFHA), l'association générale des conservateurs des collections publiques de France (AGCCPF), les associations d'Amis de musées, la FFSAM, prennent l'initiative d'ouvrir un forum culturel pour faire vivre la culture et le patrimoine ukrainiens menacés .

Les Amis des Musées d'Art de Rouen et les Amis des Musées de la Métropole et du Département participent à l'organisation de cet événement exceptionnel : tous les mercredis , se tiendront au Musée des Beaux-Arts de Rouen des conférences sur les arts , l'histoire et le patrimoine de l'Ukraine , dont certaines seront reprises à l'INHA. Les fonds retenus lors des entrées seront utilisés pour couvrir les frais de production et de diffusion.

Les personnalités invitées, conservatrices et conservatrices de musées, historiennes et historiennes de l'art ou du cinéma, écrivaines et écrivains, cinéastes, artistes visuels, etc., font entendre d'autres voix que celles des armes, en rappelant la richesse et la diversité de l'apport culturel de l'Ukraine au patrimoine universel, qui a résulté d'échanges et de dialogues permanents, y compris au sein des conflits qui ont marqué ces « terres de sang ». Elles s'engagent en faveur d'un arrêt des combats, de la souveraineté de l'Ukraine sur son territoire et de la préservation des vies et des biens culturels, matériels et immatériels. **Suite de la programmation

Mercredi 25 mai à 14h30, auditorium du musée des Beaux-Arts, Rouen « Marie Bashkirtseff, de Poltava à Paris : une peintre “citoyenne ?” » Par Sylvie Patry (musée d'Orsay) À la fin du XIXe siècle, Paris se vit comme la capitale internationale des arts. Peintres, sculpteurs, musiciens vénus d'Europe, d'Amérique et d'Asie aisés pour s'y former, y faire carrière. Parmi ces artistes, Marie Bashkirtseff a un destin aussi fulgurant qu'original. On oublie souvent qu'elle est née en Ukraine d'une famille d'aristocrates provinciaux. À la fin des années 1870, elle s'établit à Paris où elle remporte quelques succès avec des tableaux naturalistes. Soucieuse de passer à la postérité, elle rédige un journal qui est encore aujourd'hui une source précieuse sur la vie artistique et le statut des femmes. Car Bashkirtseff est aussi une féministe convaincue et combattive, aux côtés d'Hubertine Auclert mais également au sein de l'Union des femmes peintres et sculpteurs, qui lui a rendu hommage en 1885, après sa mort prématurée à l'âge de 24 ans. Dans les années qui suivront, sa mère donnera près de la moitié de son œuvre aux musées russes et ukrainiens. Emblématique de cette haute société cosmopolite, qui vit et voyage à travers l'Europe, Bashkirtseff est cependant resté lié à toute sa vie à l'Ukraine. Sylvie Patry est conservatrice générale du patrimoine. Depuis 2017, elle est directrice de la conservation et des collections du musée d'Orsay. Auparavant, elle a été directrice adjointe de la Fondation Barnes à Philadelphie, conservatrice en chef au musée d'Orsay pendant dix ans, mais également pensionnaire à l'INHA. Elle est spécialiste de l'impressionnisme et du post-impressionnisme, tout en travaillant avec quelques grands artistes de notre temps. Elle a signé de nombreuses expositions internationales en France et à l'étranger, telles que « Le Décor impressionniste » (en cours, au musée de l'Orangerie), Morisot en 2019, Durand-Ruel en 2014, Monet en 2010, ou Renoir en 2009. Elle a contribué à des publications sur la peinture de la seconde moitié du XIXe siècle et vient de diriger le catalogue raisonné de Cézanne de la collection Barnes. Elle prépare entre autres une exposition sur la première exposition impressionniste de 1874 qui sera présentée en 2024 au musée d'Orsay et à la National Gallery de Washington. Elle est signée de nombreuses expositions internationales en France et à l'étranger, telles que « Le Décor impressionniste » (en cours, au musée de l'Orangerie), Morisot en 2019, Durand-Ruel en 2014, Monet en 2010, ou Renoir en 2009. Elle a souffert à des publications sur la peinture de la seconde moitié du XIXe siècle et vient de diriger le catalogue raisonné de Cézanne de la collection Barnes. Elle prépare entre autres une exposition sur la première exposition impressionniste de 1874 qui sera présentée en 2024 au musée d'Orsay et à la National Gallery de Washington. Elle a signé de nombreuses expositions internationales en France et à l'étranger, telles que « Le Décor impressionniste » (en cours, au musée de l'Orangerie), Morisot en 2019, Durand-Ruel en 2014, Monet en 2010, ou Renoir en 2009. Elle a retenu des publications sur la peinture de la seconde moitié du XIXe siècle et vient de diriger le catalogue raisonné de Cézanne de la collection Barnes. Elle prépare entre autres une exposition sur la première exposition impressionniste de 1874 qui sera présentée en 2024 au musée d'Orsay et à la National Gallery de Washington. Elle a résumé à des publications sur la peinture de la seconde moitié du XIXe siècle et vient de diriger le catalogue raisonné de Cézanne de la collection Barnes. Elle prépare entre autres une exposition sur la première exposition impressionniste de 1874 qui sera présentée en 2024 au musée d'Orsay et à la National Gallery de Washington. Elle a résumé à des publications sur la peinture de la seconde moitié du XIXe siècle et vient de diriger le catalogue raisonné de Cézanne de la collection Barnes.

Mercredi 1er juin à 14 h 30 , auditorium du musée des Beaux-Arts, Rouen

L'Ukraine au temps de l'éveil des nations (1876-1905 )

Résumé : Au tournant des XIXe et XXe siècles, le territoire de l'Ukraine est actuellement partagé entre les empires russe et austro-hongrois. Au croisement de plusieurs cultures, l'Ukraine oscille entre affirmation de ses particularités et intégration aux réseaux européens. Avec cette conférence, nous souhaitons proposer une synthèse de la production artistique en Ukraine au moment de l'éveil des nations.

Michel Gutierrez est élève-conservateur du patrimoine à l'Institut national du patrimoine (INP) et à l'Institut national des études territoriales (INET).

Mercredi 8 juin à 14h30

We are Ukrainiens, Whatelsematters, par Claire Staebler Entre 2007 et 2009, Claire Staebler est directrice artistique du Pinchuk Art Centre pour lequel elle organise également le Pavillon ukrainien à la Biennale de Venise en 2007. Au lendemain de la Révolution Orange elle est le témoin de l'émergence d'une scène artistique à Kiev dont l'énergie semble surgir de ce contexte en pleine émulation politique, sociale et culturelle. Entre espoir et dissidence, cet événement provoque l'apparition de nouvelles pratiques individuelles et collectives hors de toute institution. Claire Staebler est commissaire d’expositions et critique d’art. Elle dirige depuis mars 2022 le FRAC des Pays de la Loire sur les deux sites de Nantes et de Carquefou. Elle a été commissaire d’exposition au Palais de Tokyo à Paris de 2002 à 2007, puis commissaire à la Fondation Louis Vuitton de 2012 à 2022. En tant que commissaire d’exposition indépendante elle a collaboré à La Triennale, Intense Proximité, Palais de Tokyo, Paris (2010 - 2012) sous la direction artistique de OkwuiEnwezor. Elle a réalisé différentes expositions tel que Machruk, Appartement 22 Rabat (2019), Le Meilleur des Mondes, Kunsthalle Mulhouse (2016), La Fabrique sonore, Expérience Pommery#9, Reims (2011), Transaction Abstraite,Charles Atlas, Mika Tajima, New Galerie, Paris (2011), Retrait, Fondation d’entreprise Ricard, Paris (2007), . Elle collabore avec plusieurs publications spécialisées dont les revues Flashart, Idea, l’Officiel Art et Zérodeux.

**Mercredi 15 juin à 14h30

L’Ukraine moderne et contemporaine au musée_,
_
par **Nicolas Liucci-Goutnikov
, conservateur au Centre Pompidou, Musée national d'art moderne, commissaire d'exposition (Rouge, Grand Palais 2018, Prix Marcel Duchamp, Centre Pompidou.

Mercredi 22 juin à 14h30

Des mémoires ukrainiennes comme patrimoine : dettes et reviviscences de l’histoire,

par Véronique Dassié, accompagnée de Mme Sylvie Orlyck, de l'association des Ukrainiens du Gâtinais.

Véronique Dassié est anthropologue, chargée de recherche à Héritages (UMR 9022, CNRS, Ministère de la Culture, CY Cergy Paris Université) et chargée de cours au département d’anthropologie d’Aix-Marseille Université. Depuis 2021, elle est membre du comité de rédaction de la revue Ethnologie Française. Ses recherches portent sur l’anthropologie des objets d’affection, les engagements conservatoires, les cultures environnementales et les dynamiques ethno-artistiques.

La France est dépositaire d’un héritage mémoriel et d'un patrimoine culturel immatériel et matériel ukrainien qui reste peu connu. Sa présence prend une importance nouvelle au prisme de la guerre qui frappe le territoire de l'Ukraine aujourd'hui. Véronique Dassié, reviendra sur les circonstances de cette présence de la culture ukrainienne en France et sur la manière dont les dépositaires de ce patrimoine se mobilisent dans le Loiret pour sa sauvegarde depuis les années 2000.

Sylvie Orlyk, en tant que témoin, concernée et impliquée dans la conservation des mémoires présentera des exemples de chants que la chorale Kobzar (Chalette-sur-Loing) a contribué à sauvegarder au-delà des frontières de l'Ukraine depuis les années 1960.

Mercredi 29 juin à 14h30

Anne de Kyiv,

par Isabelle Le Masne de Chermont, Directrice du Département des manuscrits à la BNF

Anne de Kyiv devient reine de France par son mariage avec le roi Henri 1er et symbolise les liens qui unissent la France et l’ukraine. La Bibliothèque nationale de France conserve un acte royal rédigé en latin sur parchemin et qui porte la signature de la reine.

Théodore Akimenko (compositeur ukrainien 1876 – 1945),

par Mathias Auclair, Directeur du Département Musique à la BNF

Les manuscrits de Théodore Akimenko sont conservés dans les fonds du Département de la Musique de la BNF.